Mort de Soleimani : des conséquences pour le prix de l’essence au Brésil

essence

Le raid américain ayant entraîné la mort ce vendredi en Irak du général iranien Qassem Soleimani pourrait avoir des conséquences au Brésil. Jair Bolsonaro a déclaré que le prix de l’essence dans le pays devrait être impacté et qu’il ne devrait pas intervenir pour le maîtriser.

«Cela aura un impact. Maintenant, nous allons voir nos nos limites car (le prix de l’essence, ndr) est déjà élevé, et s’il augmente encore, cela va être compliqué. Mais je ne peux rien encadrer. Nous avons déjà pratiqué ce type de politique d’encadrement et cela n’a pas fonctionné. Je vais en parler à ceux qui maîtrisent le sujet », a déclaré le président brésilien, cité par Agência Brasil, avant une réunion avec l’équipe économique du gouvernement.

Fin du monopole de Petrobras pour baisser le prix de l’essence

Jair Bolsonaro a de nouveau défendu le démantèlement du monopole de Petrobras comme alternative pour abaisser les prix du carburant au Brésil. « Nous devons mettre fin à ce monopole (pour éviter la hausse du prix de l’essence). La distribution est toujours ce qui pèse le plus sur le prix, puis l’ICMS (Impôt sur la circulation des marchandises et des services), qui est une taxe locale », a-t-il indiqué.

Pour le chef de l’Etat, le Brésil a déjà atteint ses limites en matière d’impôts : « Il n’est plus possible d’augmenter les impôts au Brésil. Point final. L’année dernière, nous avons payé plus d’un milliard de reais en intérêts par jour. Cela a représenté 400 milliards de reais en un an. C’est le montant qu’il a fallu pour reconstruire l’Europe après la Seconde Guerre Mondiale. Ainsi, chaque année, nous payons l’équivalent d’une reconstruction de l’Europe ».

Le mois prochain, Jair Bolsonaro se rendra aux États-Unis pour rencontrer des entrepreneurs militaires du secteur de l’énergie qui lui présenteront une technologie de transmission d’énergie électrique sans ligne.

Partager ce post:

Envoyer à un ami