Pour Paulo Guedes, la réforme des retraites va permettre 15 ans de croissance au Brésil

libérale

Le ministre de l’Economie du Brésil, Paulo Guedes, a déclaré lundi 6 mai que l’approbation de la réforme des retraites stimulera les investissements nationaux et étrangers dans le pays et ouvrira un horizon de dix à quinze ans de croissance économique.

« Le Brésil est pris dans un piège de faible croissance et nous nous en échapperons avec les réformes. Une fois qu’elles seront approuvées, le pays reprendra le chemin d’une croissance économique durable », a déclaré le ministre aux côtés du président Jair Bolsonaro, qui s’était déplacé au ministère de l’Economie pour rencontrer l’équipe de Paulo Guedes.

Les déclarations de Paulo Guedes sont intervenues après qu’il a été interpellé par la presse au sujet de la réduction des projections des économistes concernant la croissance du PIB brésilien cette année. Selon le dernier rapport de la Banque centrale, les prévisions de croissance pour 2019 s’établissent désormais à 1,49 %.

Une croissance annoncée à 1,49 % cette année

Selon Valor, le ministre de l’Economie a rappelé qu’au cours des dix dernières années, l’économie du Brésil a connu une croissance moyenne de 0,5 % par an. Paulo Guedes a souligné que le gouvernement commencera à simplifier et à réduire les impôts et qu’il décentralisera également les ressources en faveur des États et des municipalités, ce qui doit contribuer également à la reprise économique.

« Le Brésil, à partir de juillet, connaîtra à nouveau la croissance », a-t-il ajouté, rappelant que ce scénario contraste avec la situation du reste du monde qui, après plusieurs années de croissance, est en décélération.

Le président Jair Bolsonaro, présent au ministère pendant un peu plus d’une heure, a rencontré dans le bureau de Guedes les secrétaires spéciaux de l’économie. Il a ensuite participé à une réunion élargie à l’auditorium du ministère.

A la fin de la réunion, Paulo Guedes a également été interrogé par la presse sur le programme Minha Casa, Minha Vida. Le ministre a indiqué que 70 000 maisons avaient été rendues et que 60 000 étaient inachevées. Ce qui pour lui est le signe que le programme doit être réévalué, même s’il n’a pas fait l’objet de restrictions.

Partager ce post:

Envoyer à un ami