Les importations illégales de smartphones ont bondi de 500 % au Brésil

smartphones

Au Brésil, où il y a plus de lignes de smartphones ouvertes que d’habitants, les importations illégales de ces appareils ont bondi de 500 % en 2019, à 4 millions d’unités, selon un rapport de l’Association brésilienne de l’industrie électrique et électronique (Abinee), dévoilé cette semaine.

Cette croissance spectaculaire s’explique par la situation économique actuelle du pays qui fait que les consommateurs sont à la recherche de produits moins chers. « Ce ne sont pas des appareils de mauvaise qualité, mais ils coûtent 40 % moins cher que ceux vendus au Brésil », a expliqué à Valor Luiz Claudio Carneiro, de l’Abinee.

Des smartphones d’origine chinoise

Parmi les smartphones importés, une marque chinoise détient 60 % du marché illégal. « Seuls 3 % de leurs appareils sont vendus au Brésil sur le marché légal, 97 % sur le marché illégal », a précisé Luiz Claudio Carneiro. Ces téléphones portables arrivent en majorité du Paraguay avant d’être commercialisés en ligne sur des places de marché.

L’Abinee prévient que ces appareils illégaux peuvent présenter des problèmes d’adaptabilité, notamment de connexion au réseau 4G brésilien, pour des raisons de différences de fréquence.

Cette année, les ventes de téléphones portables devraient augmenter de 2 % au Brésil, à 47,8 millions d’unités, dont 44,6 millions de smartphones. Mais cette légère croissance est portée par la vente d’appareils basiques, peu coûteux, en hausse de 23 %, à 3,2 millions d’unités. Le chiffre d’affaires, lui, a progressé de 5 %, grâce à la commercialisation des smartphones les plus chers.

Partager ce post:

Envoyer à un ami