Le président de Bradesco très optimiste pour l’économie du Brésil

Bradesco

La poursuite des réformes ouvre la voie à un retour d’une croissance à 4 % d’ici la fin du mandat de Jair Bolsonaro en 2022. C’est la prévision formulée dans un entretien à l’Estadao publié ce samedi par le président de Bradesco, Octavio de Lazari.

« J’ai une attente très positive. Je suis réaliste avec le potentiel qui existe au Brésil », a indiqué le patron de la banque privée brésilienne, qui s’attend à ce qu’une partie de la réforme fiscale du gouvernement soit votée par le Parlement au premier semestre 2020. « Les deux chambres du pouvoir législatif ont conscience de l’urgence. Et les (parlementaires) savent tous que si elle n’est pas votée d’ici juin, il y a un grand risque qu’elle ne soit pas votée l’an prochain en raison du calendrier électoral », a-t-il averti.

« Des projets exceptionnels » dans le tiroir des entreprises brésiliennes

Selon le président de Bradesco, lorsque tous les feux seront verts, alors la croissance pourra nettement reprendre. « J’ai voyagé à travers le pays et les entreprises ont des projets exceptionnels dans le tiroir, n’attendant qu’un signal plus fort de la part du gouvernement pour investir », selon lui. Les secteurs porteurs : infrastructures, construction civile, énergie et assainissement.

Pour le moment, Bradesco prévoit une croissance de 0,9 % cette année, avec une amélioration éventuelle au dernier trimestre. Mais les signaux pour un rebond « sont importants » et la croissance pour 2020 est estimée par la banque à 2,2 % et jusqu’à 2,5 % en 2021. « Cela va dépendre de la réaction du marché. La réforme des retraites est déjà passée au Parlement et nous avons des attentes positives pour les autres, dont la réforme administrative et surtout la réforme fiscale », a souligné Octavio de Lazari.

Bradesco veut la simplification de cinq taxes

De la réforme fiscale, le président de Bradesco attend au moins la simplification de cinq taxes : PIS, Cofins, IPI, ICMS et ISS. « Nous savons que les impôts ne vont pas baisser maintenant, mais réduire au moins ces coûts pour la gestion des entreprises sera très important », a-t-il commenté.

Pour le banquier, les conséquences immédiates seront « une bonne amélioration du climat des affaires au Brésil, principalement pour les entreprises et investisseurs étrangers ». « Imaginez le PDG d’une multinationale confronté à la complexité d’investir dans le pays avec cette lourdeur fiscale. L’envie d’investir sera tout autre avec la simplification fiscale. Cela réduira la taille du personnel fiscal dédié exclusivement pour gérer les taxes et réduira également le risque de litiges sur ces questions, qui conduisent souvent à des issues judiciaires sans fin », a-t-il illustré. Rendez-vous l’année prochaine pour la confirmation ou non.

Le cabinet Solere est un cabinet d’avocats brésiliens. Il est à votre disposition pour vous accompagner et vous conseiller dans vos démarches au Brésil. Notre cabinet sera ravi de vous accompagner au 55-21-9-81-01-61-51, directement par message WhatsApp (cliquez sur ce lien pour ouvrir l’application) ou par e-mail.

Partager ce post:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *