Endettement : 4 jeunes Brésiliens sur 10 ont ou ont eu un « nom sale »

classes sociales

Actuellement, 4 jeunes Brésiliens sur 10 ont ou ont eu un nome sujo, ce « nom sale » attribué au Brésil aux personnes endettées. C’est le principal enseignement d’une enquête menée par la Confédération nationale des directeurs de magasins (CNDL) et l’organisme de crédit SPC Brésil. Une étude qui s’est penchée sur la situation financière des Brésiliens âgés de 18 à 24 ans, qui font leurs premiers pas professionnels.

La principale raison de cet endettement des jeunes de 18 à 24 ans est la nécessité de contribuer aux dépenses domestiques, associée à l’absence de contrôle sur les finances personnelles. Selon Estadão, qui relaye les résultats de l’enquête, parmi les personnes interrogées, 78 % ont une source de revenu. Et 65 % disent qu’elles contribuent financièrement à la subsistance du foyer. L’alimentation (51 %) fait l’objet des dépenses les plus souvent citées.

L’endettement des jeunes Brésiliens n’est pas très différent de celui des autres Brésiliens plus âgés, puisque 40 % de la population totale du pays était endettée en 2018, selon la CNDL. Mais d’après Estadão, le phénomène est inquiétant parce que cela indique que les jeunes générations n’ont pas reçu d’éducation financière – et que le problème tend à persister.

30 % de chômage

Cette étude ayant été réalisée pour la première fois, on manque d’éléments de comparaison pour évaluer l’impact de la crise économique chez les jeunes Brésiliens. Reste que le chômage atteint 30 % d’entre eux, contre 13 % pour l’ensemble de la population brésilienne. « Il est certain que les familles sont aujourd’hui confrontées à un taux de chômage élevé et à des goulets d’étranglement de la consommation », observe Daniel Sakamoto, chef de projet de la CNDL cité par Estadão. « C’est exactement pour cette raison que les jeunes doivent contribuer davantage aux factures du foyer. »

Les données de l’enquête montrent également que 26 % des jeunes qui se déclarent endettés sont engagés dans des paiements de crédits à la consommation. 21 % ont une partie de leur budget réservée à l’amortissement de prêts personnels et 21 % tentent de rembourser un crédit automobile.

Le cabinet Solere est un cabinet d’avocats brésiliens. Il est à votre disposition pour vous accompagner et vous conseiller dans vos démarches au Brésil. Notre cabinet sera ravi de vous accompagner au 55-21-9-81-01-61-51, directement par message WhatsApp (cliquez sur ce lien pour ouvrir l’application) ou par e-mail.

Partager ce post:

Envoyer à un ami

Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *