En 100 jours, le gouvernement Bolsonaro a tenu 1/5e de ses promesses

imprévisibilité

En 100 jours, le gouvernement brésilien a tenu un cinquième des promesses que Jair Bolsonaro avait faites pendant la campagne électorale. Selon une enquête de G1, sur les 58 engagements pris au cours de la période, douze ont été entièrement respectés, quatre ont été partiellement satisfaits, quarante ne l’ont pas encore été et deux engagements ne peuvent être évalués pour le moment.

Il s’agit de la première évaluation par le site d’information des promesses de campagne de Jair Bolsonaro. Il compte mesurer d’ici à 2022 si le président tient ses promesses électorales.

Dans le cadre du projet « Les promesses des politiques », lancé en 2015, G1 avait commencé par vérifier les promesses de la présidente Dilma Rousseff, alors nouvellement élue. Depuis, le site du groupe Globo a évalué les promesses des gouverneurs et des maires.

5 promesses sur 55 pour Dilma Rousseff, 3 sur 20 pour Michel Temer

Comparé aux anciens présidents Dilma Rousseff et Michel Temer, en 100 jours, Jair Bolsonaro a fait mieux : il a donc tenu douze de ses 58 promesses, contre cinq sur 55 pour Dilma Rousseff et trois sur 20 pour Michel Temer.

Sur les 12 promesses tenues par le gouvernement Bolsonaro, quatre sont des engagements économiques pris par la candidat. Deux d’entre eux concernent les impôts : « Ne pas augmenter les impôts » et « Ne pas recréer le CPMF » (une taxe sur les mouvements financiers, ndr).

Une autre promesse de campagne évoquait de « réduire les droits de douane à l’importation et les barrières non-tarifaires ». Cette réduction des droits de douane a été notamment réalisée pour la machinerie et les équipements industriels au cours des 100 premiers jours du gouvernement. En outre, G1 rappelle qu’un accord de libre-échange pour les voitures et les véhicules utilitaires légers entre le Brésil et le Mexique est entré en vigueur en mars.

La quatrième promesse (« Faire en sorte que les prix de Petrobras suivent les marchés internationaux ») a été tenue parce que l’entreprise publique a maintenu sa politique de répercussion des variations des prix du carburant sur le marché international.

Priorité à la réforme des retraites

D’autres promesses tenues sont de nature administrative, comme la fin du ministère des Villes, qui a été absorbé par le ministère du Développement régional, la création du super-ministère de l’Économie et la modification de la structure agricole fédérale.

Une autre promesse réalisée concerne le secteur public, avec la réduction du nombre de fonctionnaires. Un décret publié le 13 mars a établi la suppression de 21 000 postes, fonctions et primes de l’exécutif.

Reste que parmi les promesses économiques de Jair Bolsonaro, la priorité est l’approbation de la réforme des retraites et que ce n’est qu’après que le gouvernement se concentrera sur d’autres propositions telles que la réforme fiscale, selon G1.

Le président brésilien avait également fait un grand nombre de promesses dans le domaine de la sécurité publique. Sur les dix promesses dans ce domaine, neuf n’ont pas été tenues et une a été partiellement tenue, celle qui concerne la « reformulation du Statut du désarmement ». Un décret signé par Jair Bolsonaro en janvier dernier a en effet facilité la possession d’armes dans le pays.

Le cabinet Solere est un cabinet d’avocats brésiliens. Il est à votre disposition pour vous accompagner et vous conseiller dans vos démarches au Brésil. Notre cabinet sera ravi de vous accompagner au 55-21-9-81-01-61-51, directement par message WhatsApp (cliquez sur ce lien pour ouvrir l’application) ou par e-mail.

Partager ce post:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *