Le gouvernement brésilien envisage de taxer certains produits alimentaires

Lactalis

Grands mangeurs de fromage et de poisson ? D’ici à quelques mois la note pour acquérir certains de ces produits pourrait être un peu plus salée. Le ministère de l’Economie brésilien vient en effet de révéler penser à instaurer une nouvelle taxe sur certains aliments, notamment ceux consommés par les classes moyennes et supérieures. Cette mesure concernerait certains poissons, fromages, yaourts ainsi que le lait concentré explique le site UOL.

Depuis 2004, le Brésil avait en effet cessé de taxer les produits alimentaires considérés comme faisant partie de l’alimentation de base de la population. Ceci afin de réduire le coût de la vie, notamment pour les foyers aux revenus les plus faibles.

Plus de sous pour la Bolsa Família

Pourtant l’étude conclut que cette exonération d’impôts – un manque à gagner de 15,9 milliards de reais en 2018 selon le site d’information – finissait par favoriser principalement les classes moyennes et supérieures.

Le ministère a ainsi expliqué que cette mesure permettrait de recueillir environ 1,2 milliard de reais. Une somme qui serait ensuite allouée au programme social Bolsa Família. L’objectif étant d’aider à réduire la pauvreté et les inégalités au Brésil, selon le ministère. Selon l’étude du ministère, les exonérations d’impôts concernant les produits alimentaires sont en effet moins efficaces que la redistribution des revenus.

Voici la liste des produits concernés par la mesure :

– Fromages : mozzarella, Minas, prato, parmesan, ricota, gorgonzola, cheddar, brie, camembert.
– Autres produits laitiers : requeijão, yaourts, chantilly, lait concentré, fromage frais
– Poissons : bar (corvina), saumon, merlu(pescada), requin (cação), thon, tilapia
– Volailles : dinde surgelée, canard, caille
– Café : capuccino soluble, café au lait en poudre, café au lait soluble

Partager ce post:

Envoyer à un ami