Les Brésiliens se laissent de plus en plus convaincre par la consommation responsable

consommation

La consommation responsable est dans l’air du temps. Et les Brésiliens n’échappent pas à cette tendance. Selon une enquête menée par Euromonitor, citée par la Folha de S.Paulo, en 2019, 20 % des consommateurs brésiliens se considéraient comme étant « ecofriendly ». C’est-à-dire qu’ils se préoccupent d’acheter des produits provenant de marques tenant compte du changement climatique, dont la chaîne de production est respectueuse de l’environnement et qui s’intègrent au commerce équitable.

Angélica Salado, consultante senior d’Euromonitor, explique ainsi au quotidien pauliste que ce comportement de consommation se manifeste notamment dans la hausse de la tendance végétarienne et du véganisme. Celle-ci s’applique tant à l’alimentation qu’aux produits cosmétiques et à la mode.

Seulement 2 % des Brésiliens se déclarent vegans ou végétariens, d’après la Folha, mais plus de 35 % d’entre eux souhaitent réduire leur consommation de viande.

« Le secteur de la substitution de la viande augmente de plus de 20 % par an au Brésil », précise Angélica Salado. « Si l’on regarde le lait, sa substitution par un lait végétal est de l’ordre de 60 %. » Ce qui montre clairement, selon l’analyste, que les consommateurs brésiliens tendent à avoir un mode de vie plus responsable de l’environnement.

La grande distribution vise à plus de respect de l’environnement

Par ailleurs, la grande distribution semble suivre la même voie au Brésil souligne Fernanda Vilhena, spécialiste de chez Nielsen, cabinet de consulting concernant la consommation. « La manière de pêcher, d’abattre les animaux, est chaque jour une plus grande préoccupation. Mais c’est un mouvement qui n’a été que récemment lancé au Brésil », explique-t-elle. D’après elle, 94 % des consommateurs brésiliens affirment toutefois qu’il est important que les entreprises mettent en place des mesures dans le but de préserver l’environnement.

Seul bémol pourtant, la valeur de ces produits. Ainsi, Fernanda Iwasaka, de l’Institut Akatu, explique que celui-ci reste un facteur réduisant le nombre de consommateurs brésiliens à sauter le pas de la consommation responsable. Selon elle, « le consommateur brésilien reste prisonnier du prix, même s’il est préoccupé par la sauvegarde de l’environnement. Cette barrière est significative et prévaut au moment du choix ».

Le cabinet Solere est un cabinet d’avocats brésiliens. Il est à votre disposition pour vous accompagner et vous conseiller dans vos démarches au Brésil. Notre cabinet sera ravi de vous accompagner au 55-21-9-81-01-61-51, directement par message WhatsApp (cliquez sur ce lien pour ouvrir l’application) ou par e-mail.

Partager ce post:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *